Image-empty-state.png

JAMES THE PROPHET

URBAIN

Flow d’asphyxie, flow torrentiel, flow Carl Lewis, il laissait dans les starting-blocks la concurrence et dévoilait une technique irréprochable, impressionnante même pour un post adolescent au CV encore vierge. James était une promesse, un futur conjugué au présent, le gamin qu’on n’avait pas vu venir et qui avait de quoi renverser la table, les petites habitudes d’un rap en voie d’embourgeoisement. Voire de sénilité précoce…

James n’était peut-être pas encore prophète en son pays mais son nom a commencé à circuler. On l’a vu et entendu imposer le silence chez Skyrock, détourner avec inspiration le “Purple Rain” de Prince chez Taratata, on l’a croisé ici et là. Booba ne l’a ni clashé ni ignoré. Et tous ceux qui écoutaient les sons de James en ressortaient enthousiastes et lessivés, abasourdis, oui, et priaient que la suite s’écrive vite.

La suite, c’est ce premier véritable album, officiellement : “Unimaginable Storms”, Janvier 2021. Toujours chez Rupture. Enregistré à Paris entre juillet et octobre, ce disque est une confirmation excitante. Déjà, parce que James, 20 ans aujourd’hui, n’est pas tombé dans le panneau du monstre de foire. Son flow est toujours aussi renversant mais il a appris à varier les tempos, avec ou sans Autotune.